Equithérapie
et Cours de Musique
Claire Cottrel
et Cyril Prevost
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
 

La musique  est un moyen d’expression, d’être,

C’est  avant tout une expression corporelle qui peut se dire et tendre vers un espace de liberté hors des contraintes ordinaires. Un lieu ou on peut expérimenter, créer, inventer.

      

 

 
 
 COURS DE MUSIQUE
 saxophone, jazz, improvisation tout instrument
 Initiation aux musiques afro-cubaines        

 
Taï-ji adapté, stages
Vign_IMG_0263_1_
 
Vign_Nouvelle_image_4_
Le Saxophone
(extrait définition  Wikipédia)

Le saxophone est un instrument de musique à vent (ou aérophone) appartenant à la famille des bois. Il a été inventé par le Belge Adolphe Sax et breveté à Paris le 21 mars 1846.
Il ne doit pas être confondu avec le saxhorn, de la famille des cuivres, mis au point, lui aussi, par Adolphe Sax. Le saxophone est généralement en laiton, bien qu'il en existe certains modèles en cuivre, en argent, en plastique ou plaqués en or.

La famille des saxophones
La famille des saxophones conçue par Adolphe Sax comprenait 14 tailles, dont 7 sont utilisées aujourd'hui :

le saxophone contrebasse, très rare, en mib
le saxophone basse, assez rare, en sib
le saxophone baryton, en mib
le saxophone ténor, en sib
le saxophone alto, en mib (courbe, et plus rarement droit)
le saxophone soprano, en sib(droit, courbe ou semi-courbe)
le saxophone sopranino, assez rare, en mib

10 saxophones différents de Jay C. Easton

On trouve parfois quelques reliques des séries en ut et fa voulues au départ par Adolphe Sax en plus des séries en si et mi :

le saxophone C-mélody en ut, ténor non transpositeur, très rare aujourd'hui
le saxophone mezzo-soprano extrêmement rare, en fa
Quelques rares sopranos en ut.

Les tubax, mis au point en 1999. Leur perce plus étroite en fait des instruments différents, plus proches en réalité du sarrussophone pourvu d'une anche simple) :

le saxophone sous-contrebasse en sib
le tubax en mib

Aperçu du répertoire du XIXe siècle

Après son invention qui date du début des années 1840, le saxophone est très vite apparu dans l'orchestre et surtout dans les partitions d'opéra, ce qui pourrait être expliqué par le poste de Directeur de la musique de scène tenu par Adolphe Sax lui-même (une sorte de musique militaire utilisée dans les grandes scènes) à l'Opéra de Paris.
Après le Chant sacré de Berlioz et l'oratorio Le Dernier Roi de Juda de Kastner, œuvres exécutées pour la première fois en 1844 et 1845, Halévy inclut le saxophone dans son opéra Le Juif errant (composé en 1852), Giacomo Meyerbeer dans « L'Africaine » créé en 1865, Ambroise Thomas dans « Hamlet » (1868) puis dans « Françoise de Rimini » (1882), Bizet dans son « Arlésienne » (1873), Delibes dans « Sylvia » (1876), Massenet dans « Le Roi de Lahore » (1877), « Hérodiade » (1881) et « Werther » (1886), Saint-Saëns dans « Henri VIII » (1883), d'Indy dans « Fervaal » (1895), etc.


Le saxophone dans le jazz
Bien que le seul instrument véritablement créé par et pour le jazz soit la batterie, le saxophone est pour le grand public, l’instrument emblématique de cette musique. Cantonné à ses débuts à un répertoire « pompier » ou militaire, le saxophone aurait pu voir sa carrière instrumentale rapidement stoppée.
Pour gagner ses lettres de noblesse et l'aura populaire qu'on lui connaît, l’instrument a dû traverser l’Atlantique pour être adopté par cette nouvelle musique qui se formait alors dans la communauté afro-américaine : le jazz. D’abord utilisé de manière rudimentaire en section, le rôle du saxophone change rapidement de dimension. La première figure marquante qui impulse ce changement au saxophone est Coleman Hawkins membre du « Fletcher Henderson Band » dès 1923. Il invente une nouvelle manière d’utiliser le saxophone, en fait un instrument soliste incontournable et développe un « son » qui reste la carte de visite du saxophone auprès du grand public. Le romancier Alain Gerber dans « Charlie » fait dire à un des protagonistes que "l’inventeur" du saxophone est plus sûrement Hawkins qu’un obscur Belge... La saillie romanesque est hardie mais n’en retranscrit pas moins convenablement le destin de cet instrument, indissociable de l’histoire du jazz. Cette association est d’autant plus forte que certains saxophonistes ont marqué l’histoire de cette musique. Dépassant le cadre de simple instrumentiste, ils ont rendu cette musique dans un état différent de celui dans lequel ils l’avaient prise : Sidney Bechet, Coleman Hawkins, Lester Young, Charlie Parker, Sonny Rollins, John Coltrane, Ornette Coleman, etc. C’est parce que le jazz a été à cette époque une musique populaire que le saxophone l’est devenu aussi.


Autres genres de musiques

Le saxophone, par sa puissance douce et son expressivité, s’est facilement adapté au rhythm’n’blues, au rock, et à toutes sortes d’autres musiques populaires (bossa nova, reggae, funk, etc.). Il est devenu un instrument familier du grand public, aussi bien d’un point de vue sonore que visuel. À tel point que dans les rares morceaux « classiques » populaires contenant une intervention de saxophone comme le Boléro de Ravel, le public peine à identifier le saxophone comme tel.
Le saxophone s'impose de plus en plus dans les pays de l'est comme une alternative plus sonore à la clarinette plus traditionnelle. De nombreux ensembles de brass bands ou de fanfares l'ont adopté en Roumanie, en Bulgarie, en Bosnie, etc. Sa robustesse est louée par les musiciens itinérants tsiganes. Son répertoire est surtout constitué de musiques de mariage plus ou moins folkloriques et de musiques actuelles dérivées du folklore et enrichies d'apports occidentaux et orientaux (turbo folk, chalga, manele, etc.).
On le retrouve aussi de manière discrète et récente dans la musique indienne. Remplaçant le nagaswaram ou la clarinette, il s'impose de plus en plus au sein des nouvelles générations de musiciens officiant auprès des temples de l'Inde du sud. On le retrouve également en Bretagne où il se marie avec l'accordéon chromatique. Dans les années 1930, le nouveau duo détrône le couple biniou-bombarde, s'accoquinant parfois avec le Jazz (grosse caisse actionnée par le pied de l'un ou l'autre des musiciens)[réf. nécessaire]
Depuis quelque temps, il est également intégré à un genre musical dans lequel on ne l'attendait pas forcément : le métal dans des compositions de groupes comme Hacride (France) et Tesseract (Royaume Uni

 
Vign_Nouvelle_image
Le Jazz
(extrait définition Wikipédia)

Le jazz est un genre de musique né à La Nouvelle-Orléans aux États-Unis, au début du XXe siècle. Issu du croisement du blues, du ragtime et de la musique européenne, le jazz est une forme musicale afro-américaine. Tout au long du XXe siècle, il a acquis une large popularité au-delà des frontières des États-Unis. Le jazz est une musique métisse qui réunit cultures africaines et cultures occidentales


Les caractères clés du jazz


Le jazz est un mélange de courants musicaux très divers. Au cours de son évolution, il a su intégrer de nombreuses influences et se prêter à de nombreux métissages, comme le blues, le rock, la musique latine, le hard rock, et ainsi de suite.
Du point de vue de la technique musicale, sa richesse et sa complexité sont aujourd'hui telles qu'il est difficile de décrire précisément ce qui le caractérise. Le jazz comprend une grande variété de sous-types, comme traditionnel, be-bop, fusion, free-jazz, etc.
D'après Travis Jackson, le jazz peut être défini d'une façon plus « ouverte », en disant que le jazz (soit qu'on parle de swing, fusion, ou latin-jazz) est une musique qui inclut souvent des qualités comme le swing, l'improvisation, l'interaction en groupe, le développement d'une voix individuelle comme artiste, et qui est ouverte aux diverses possibilités musicales[7].
Les éléments distinctifs suivants se retrouvent dans la majorité des styles de jazz :

swing : c'est une division du temps ternaire dans laquelle 2 croches se jouent noire-croche dans un triolet, division du temps 2/3-1/3, le fameux « chabada », donnant ainsi un rythme entraînant spécifique au jazz ;
l'accentuation des temps faibles (l'inverse de la musique classique) ;
l'abondance de syncopes et contretemps ;
improvisation : un processus par lequel le musicien de jazz crée ou produit une œuvre musicale spontanée en se servant de sa créativité dans l'instant et de son savoir technique et théorique des divers styles de jazz ;
utilisation du chiffrage pour cadrer l'improvisation (basse continue moderne) ;
l'interaction en groupe ;
le développement d'une voix individuelle comme artiste (sonorité et phrasé) : les musiciens de jazz sont souvent à la recherche de l'expression musicale individuelle, innovatrice et créative ;
ouverture aux diverses possibilités musicales ;
standard de jazz : les morceaux bien connus, pour la plupart issus des comédies musicales de Broadway, qui ont acquis une certaine notoriété via ces films, qui font l'objet de nombreuses reprises et sont joués lors des jam sessions (p. ex., All of Me, Autumn Leaves, Mack the Knife, Summertime, etc.) ;
la substitution d'un accord par un accord similaire dont la fondamentale se situe au triton ;
abondance d'emprunts à d'autres tons, modes ;
hybride tonal - modal.
 
Vign_Nouvelle_image_5_
La Musique Afro-Cubaine (définition extrait Wilkipédia)

La musique cubaine est la résultante d'un métissage complexe entre des musiques autochtones, et d'autres venues d'Europe, d'Afrique, d'Asie et du continent américain.

Principaux genres :

Par ordre alphabétique : Boléro · Cha-cha-cha · Changüí · Conga · Contradanza · Danzón · Filin · Guajira · Guaracha · Habanera · Jazz afro-cubain · Mambo · Mozambique · Nueva Trova · Pachanga  · Punto guajiro · Rumba · Son · Songo · Timba · Trova · Tumba francesa
Par ordre chronologique : Conga · Punto guajiro · Guaracha · Tumba francesa · Contradanza · Rumba · Habanera · Trova · Changui · Danzón · Boléro · Son · Guajira · Mambo · Jazz afro-cubain · Filin · Cha-cha-cha · Pachanga  · Mozambique · Nueva Trova · Songo · Timba
Quelques artistes cubains chantent de la salsa, qui n'est pas un genre cubain seulement mais international et qui est apparu en fait dans le Spanish Harlem à New York, basé sur différents genres cubains mais également porto-ricains et colombiens entre autres. Le reggaeton originaire du Panama s'est répandu à d'autres pays, principalement à Porto Rico et Cuba, où l'on parle de cubaton

La chanson cubaine traditionnelle se caractérise par un certain nombre de thématiques récurrentes.:

La femme et l'amour, sous toute ses formes : amour nouveau, amour heureux, amour non correspondu, séparation, adultère…
Cuba, la patrie, en particulier la nature et le monde agricole, couramment idéalisés, mais aussi le monde urbain. Les artistes et poètes chantent des hymnes à la flore (louanges au palmier royal…), aux éléments naturels et aux paysages de l'île, naturels (fleuves, cascades...) ou cultivés (la plantation de canne est un cadre fréquemment utilisé), à ses fruits (ananas, mangues…), et aux produits qui ont fait sa richesse et sa réputation à travers le monde : tabac, canne à sucre et café. Un certain nombre de chansons sont également consacrées à des villes en particulier. Fait notable pour une île, le thème maritime reste toutefois rare.
La réalité sociale cubaine, en particulier le labeur du guajiro, les traditions, mais aussi certains événements politiques, fréquemment traités de façon satirique.
La musique elle-même (rythmes, instruments…), souvent évoquée par le biais d'une métaphore culinaire ou gustative (sabor, salsa…).

À partir de 1959, suite au triomphe de la révolution, la censure et les restrictions à la liberté d'expression ont entraîné une limitation des thématiques explorées et la révision de certains textes traditionnels jugés inadéquats par le régime, la diffusion des productions de la communauté en exil étant elle-même contrôlée.

 
Vign_image_defaut_ori
parcours musical
de Cyril Prevost

Musicien compositeur, arrangeur, saxophoniste, 
multi-instrumentiste, enseigne le saxophone et le jazz au Conservatoire Municipal de Musique et danse de Périgueux et à l’IMR depuis 2002.

Apprend la musique en Dordogne  puis a suivi le cursus classique et jazz au conservatoire
d’Angoulême dont 
il sort diplômé, suit la formation du CEFEDM de Poitiers et obtient le Diplôme d’Etat de Jazz en 2007.
 

Intervient sur différents stages « chanson française à
L’école Britten», « stage de musique arabo-andalouse,master class fouad didi », « Les rencarts
électriques », « stage de jazz  à la Visitation »…

A participé à de nombreux projets musicaux et
enregistrements  en tant que compositeur,
auteur ou interprète  dont :

« L’inconscient collectif » groupe de jazz sélectionné
au Musicora de Paris et lauréat du tremplin jazz du Mans (compositeur interprète)

« Don Diego » salsa, lauréat du chantier des franco
de la rochelle et concert en juillet 2000, lauréat aux musicales de Bastia (auteur compositeur interprète)

« Trobadanza » jazz & chant troubadours, lauréat
du tremplin de Morlàas (compositeur
arrangeur interprète)

Direction musicale sur
l’adaptation des «  Lettres Persanes » de Montesquieu mis en scène
par Thierry Lefever

Direction musicale du
spectacle « Doom-Doom » mis en scène par Diane Meunier et
Thierry Lefever

Direction et composition du Big Band« éphémère »
regroupant des professeurs des Conservatoires municipal
et Départemental

« Château Rouge » quartet
de Bertrand Renaudin en live sur France Culture

 Intervient dans de nombreux projets en tant que
saxophoniste/arrangeur

DISCOGRAPHIE 

-Label Bleu « Parents et Amis »

-La Nef/Musiques Métisses « Don Diego », « Ténèbres »

-Adés selection Télérama « Chansons
Douces pour sucer son pouce »

-Universal « Chansons pour rire et pour
frémir », « sing song »

-Festival de ligugé « Appocalypse
2000 », « Grégorien et jazz »

-Magnolia « Ecoutez l’histoire »

-Good Time Music « Flora
Estel et Hot Pepino Live »

-Autoprod
« l’Inconscient
Collectif », « ahava », « Namas »,
« Trobadanza », « Doom-Doom live », « Dominique
L », «Samarkand », « In The Wood » « Djangophil »
 -Harmonia Mundi <<
château rouge>> Veuillez taper votre texte iciVeuillez taper votre texte ici
 

INFO CONCERTS

le 16/12 master class Eric Seva 1 au conservatoire pour les élèves en cursus jazz(toute la journée)
le 16/12 concert de l'atelier jazz musiques actuelle du Conservatoire soirée "Disco" au "sans réserve"

ouverture 19h30

le 20/01 concert de l'atelier jazz musiques actuelle du Conservatoire au Théâtre concert du nouvel an

dés 18h30

le 03/02 master class Eric Seva 2 au Conservatoire pour les élèves en cursus jazz (toute la journée)

le 10/02 bœuf jazz à Bourrou animé par les élèves de la classe de jazz  (19h-21h)

le 17 ou 24 mars master class eric seva 3a u Conservatoire pour les élèves en cursus jazz (toute la journée)

le 31/03 première partie d’Eric Seva au Théâtre?

le 08/04 boeuf jazz à Cap cinéma avec les élèves de la classe de jazz (invités élèves d’Agen en dem?)

17h45 -19h15

le 11/04 concert atelier jazz musique actuelle du conservatoire à l'école de police de Périgueux 

19h00-21h00

juin festival de jazz de chancelade ?

21 juin concert du quatuor de saxophone à la Cathédrale de périgueux


 
 
 
 
Eliades Ochoa en écoute
01_Ay_Papacito
 
© 2013
Créer un site avec WebSelf